Tribune libre

par Sylvie DIEU-OSIKA , Pédiatre, ROSNY SOUS BOIS, Hôpital Jean Verdier BONDY,
et Eric  OSIKA, Pédiatre, BRY SUR MARNE,
Membres du collectif Surexposition Enfants Écrans (AS2E).

Depuis 1995, date d’arrivée d’Internet en France, notre vision du monde a
changé. En quelques secondes, on obtient toutes les informations que l’on
souhaite. Depuis 2007, les “smartphones” ont envahi notre quotidien et depuis
2010, les tablettes sont dans de nombreux foyers (40 % des foyers en 2015 contre 8 %
en 2012) [1]. Le téléchargement par la 4G depuis 2013 permet d’obtenir tout ce qui
peut se voir, s’entendre dans le monde (87 % des français sont connectés à Internet)
[2]. Nous sommes dans un système hyper-connecté, nomade et multi-écrans, ce que
les anglo-saxons surnomment ATAWAD (Any Time, Any Where, Any Device) [1].
À présent, quasiment toutes les familles possèdent “ce pouvoir” et par conséquent
les enfants ont, dès le plus jeune âge, accès à cet outil. Le monde est dans leur main
sans contrôle de temps (le plus souvent) et d’image (plus rarement). On compte ainsi
6 écrans en moyenne par foyer en 2015 en France.

Pour lire le texte intégral, cliquez sur le lien ci-dessous

DIEU-OSIKA_TRIBUNE (3)